Séismes
Magnitude < 2
Icon 1 h
Magnitude < 4
Icon 2 h
Magnitude > 4
Icon 3 h
Groupe de séismes
M1
Ancienneté
Il y a moins de 24h
Icon 1 1
Entre 1 et 7 jours
Icon 1 7
Entre 7 et 60 jours
Icon 1 30

Le réseau SISMalp
Actualités

Le réseau SISMalp

Introduction

Le projet SISMalp, lancé en 1987 par deux chercheurs : François Thouvenot et Julien Fréchet, avec un financement provenant de l'Institut national des sciences de l'Univers (CNRS), de la Délégation aux risques majeurs (ministère de l'Environnement), du conseil général de l'Isère et de la région Rhône-Alpes, visait à l'établissement d'un réseau de plusieurs dizaines de stations sismologiques automatiques réparties sur l'ensemble du Sud-Est de la France, du lac Léman à la Corse. Les buts étaient de surveiller la sismicité régionale et d'en mieux comprendre la sismotectonique, de mieux estimer le risque sismique, de mieux connaître la structure profonde de la lithosphère alpine, de constituer enfin une banque de données homogène pour permettre des recherches fondamentales sur la source sismique.

 

Le réseau historique (1987-2015)

 

En 1994, le réseau est complètement installé avec le soutien de son équipe technique: Liliane Jenatton, Robert Guiguet. Avec ses 44 stations, c'ést alors l'un des réseaux les plus denses d'Europe. Chaque station est composée d'un sismomètre courte période (1 s) et d'une balise d'acquisition connectée au réseau téléphonique commuté, développée en collaboration avec le Leas, une PME de la région grenobloise. La première balise, dont la réalisation remonte à la fin des années 80, était monocomposante, de faible dynamique (10 bits) et de capacité très limitée (64 Koctets). Elle fit l'objet d'un développement qui permit ensuite l'acquisition de trois voies, avec une haute dynamique (24 bits) et une grande capacité (2 Moctets). Ce nouveau matériel fut installé en une dizaine de stations, où l'on a aussi remplacé le sismomètre vertical par un sismomètre à trois composantes.

Bien que SISMalp ne soit pas un réseau d'alerte, l'équipe en charge du réseau s'efforcait dans la mesure du possible de répondre au besoin d'information lors d'un séisme important. Lorsque celui-ci survenait dans le réseau, une localisation préliminaire était disponible en quelques minutes. Elle n'était cependant diffusée auprès des autorités et des médias qu'après avoir été contrôlée. Lorsque la magnitude atteignait ou dépassait 2,5, un communiqué était diffusé.

Le réseau actuel (2016-...)

Après une phase de modernisation de plusieurs années, le réseau SISMalp a été intégré au Réseau National Large-Bande (RLBP) mis à niveau dans le cadre du grand instrument RESIF

Les stations transmettent désormais toutes les données en temps réel vers les centres de collecte qui les envoient ensuite au centre de distribution et d'archivage situé à l'Université Grenoble-Alpes. Les outils d'analyse, de localisation et de détermisation des séismes se sont également modernisés et utilisent aujourd'hui un logiciel standard:  Seiscomp3.

L'activité de surveillance sismique du territoire Fançais est depuis quelques années confiée au CEA. Cependant, cette surveillance ne concerne pas les plus petits séismes pour lesquels les risques sont inexistants. Les différents Observatoires du CNRS, dont l'OSUG et ISTerre regardent donc en priorité cette petite sismicité qui peut être ressentie par la population. L'étude fine de cette sismicité, son évolution dans le temps et dans l'espace est à mi-chemin entre Observation et recherche, c'est l'objectif de ce nouveau site que de diffuser cette information en particulier pour ce qui concerne la sismicité Alpine.